Une signalétique à la hauteur des figures de la résistance pour le musée de l’Ordre de la libération

Musée de l'Ordre de la Libération

Paris, France, 2015

Architecte des monuments historiques : Mouton
Scénographe : MAW
Photographe : Arthur Lockhart

Après trois ans de réhabilitation, le musée de l’Ordre de la libération installé dans l’hôtel national des Invalides rouvre ses portes en 2015. Il est consacré à l’histoire des compagnons de la libération. Parmi eux, des parcours remarquables : Jean Moulin, Pierre Brossolette, Romain Gary, le maréchal Leclerc ou encore Winston Churchill.

Nous remportons l’identité visuelle et le graphisme de l’exposition permanente. À la demande du musée, le nouveau logotype emprunte ses rythmes colorés à la médaille de l’Ordre de la libération. Le ruban aux bandes noires et vertes est utilisé comme trame de construction typographique.

Pour contextualiser les collections, le graphisme est omniprésent dans les vitrines et accompagne les objets emblématiques de la résistance (2 000 objets sont exposés). Le traitement graphique des cartes, très nombreuses le long du parcours, permet au visiteur de situer les enjeux.

Le ruban aux bandes noires et vertes est utilisé comme trame de construction typographique.

Après trois ans de réhabilitation, le musée de l’Ordre de la libération installé dans l’hôtel national des Invalides rouvre ses portes en 2015. Il est consacré à l’histoire des compagnons de la libération. Parmi eux, des parcours remarquables : Jean Moulin, Pierre Brossolette, Romain Gary, le maréchal Leclerc ou encore Winston Churchill.

Nous remportons l’identité visuelle et le graphisme de l’exposition permanente. À la demande du musée, le nouveau logotype emprunte ses rythmes colorés à la médaille de l’Ordre de la libération. Le ruban aux bandes noires et vertes est utilisé comme trame de construction typographique.

Pour contextualiser les collections, le graphisme est omniprésent dans les vitrines et accompagne les objets emblématiques de la résistance (2 000 objets sont exposés). Le traitement graphique des cartes, très nombreuses le long du parcours, permet au visiteur de situer les enjeux.

Le ruban aux bandes noires et vertes est utilisé comme trame de construction typographique.