Barbès, La Chapelle, Stalingrad - Paysages en mutations

Ville de Paris

Paris - France, 2019

Signalétique
Graphisme
CL Design

Mairie de Paris / Comité d’Histoires

Avant/Après

Faire découvrir le visage du quartier de La Chapelle au fil de ses transformations

L’exposition Barbès-La Chapelle-Stalingrad : Temps de façades juxtapose clichés anciens et actuels, sous le même angle de vue. Cette confrontation permet de percevoir les transformations ou la pérennité d’un immeuble et de faire découvrir aux habitants l’histoire de leur quartier. 

L’endroit choisi par la mairie pour exposer ces photographies est le pont Saint-Ange, qui enjambe les voies de la gare du Nord. Dans ce coin du 18e, coincé entre la gare du Nord et la ligne de métro aérienne, la circulation est dense mais les passants ne s’arrêtent pas.

Pour créer un appel fort, nous avons choisi des couleurs électriques qui créent une rupture dans cet univers urbain très dur. La combinaison du caractère et de la mise en page renforce cette tension visuelle. C’est une mise en page simple, presque élémentaire, soutenue par un caractère à l’apparence impartiale, mais qui révèle des irrégularités dans son dessin. Comme si lui aussi était en mutation. Les automobilistes sont intrigués, les passants prennent le temps de regarder, on peut même apercevoir les couleurs des panneaux depuis le métro.

 

Un graphisme de la ville et pour la ville, profondément inspiré des signes urbains
du quotidien. 

 

Un graphisme en itinérance
qui retrace l'histoire d'un quartier,
l'histoire d'un patrimoine en évolution constante. 

Mairie de Paris / Comité d’Histoires

Avant/Après

Faire découvrir le visage du quartier de La Chapelle au fil de ses transformations

L’exposition Barbès-La Chapelle-Stalingrad : Temps de façades juxtapose clichés anciens et actuels, sous le même angle de vue. Cette confrontation permet de percevoir les transformations ou la pérennité d’un immeuble et de faire découvrir aux habitants l’histoire de leur quartier. 

L’endroit choisi par la mairie pour exposer ces photographies est le pont Saint-Ange, qui enjambe les voies de la gare du Nord. Dans ce coin du 18e, coincé entre la gare du Nord et la ligne de métro aérienne, la circulation est dense mais les passants ne s’arrêtent pas.

Pour créer un appel fort, nous avons choisi des couleurs électriques qui créent une rupture dans cet univers urbain très dur. La combinaison du caractère et de la mise en page renforce cette tension visuelle. C’est une mise en page simple, presque élémentaire, soutenue par un caractère à l’apparence impartiale, mais qui révèle des irrégularités dans son dessin. Comme si lui aussi était en mutation. Les automobilistes sont intrigués, les passants prennent le temps de regarder, on peut même apercevoir les couleurs des panneaux depuis le métro.

 

Un graphisme de la ville et pour la ville, profondément inspiré des signes urbains
du quotidien. 

 

Un graphisme en itinérance
qui retrace l'histoire d'un quartier,
l'histoire d'un patrimoine en évolution constante.